Mission

À partir d’une mise en commun des expériences vécus, nous soutenons les démarches individuelles et collectives qui favorisent l’action.

Approche

À partir d’une vision sociale et normalisante des problèmes de santé mentale, nous favorisons le soutien au quotidien, l’éducation favorisant le développement d’un regard critique et l’accès à des outils concrets qui soutiennent l’action.

Notre vision des « problèmes » de santé mentale

Nous croyons que les « problèmes » de santé mentale sont, en grande partie, tributaires du développement de l’ensemble de la société et de sa culture d’accueil de la santé mentale. Plusieurs changements sociétaux influencent le rapport de la personne avec son environnement. En ce sens, nous croyons qu’afin de s’adapter à cette réalité et aux revirements auxquels elles font face, les personnes développent une extraordinaire capacité d’adaptation qui leur donne la flexibilité nécessaire à leur survie.

Selon notre expérience, il ne faut pas regarder les problèmes de santé mentale uniquement sous l’angle de la maladie, mais sous celui d’une personne qui vit en société avec des contextes relationnels, sociaux, économiques, politiques, culturels et environnementaux qui ont un impact direct sur son cheminement personnel. Sa « maladie » mentale est, pour nous, une quête de sens afin d’améliorer son bien-être et d’agir sur ces contextes.

Notre vision de l’entraide

L’entraide est un lieu d’apprentissage où se regroupent des personnes ayant leurs différences, mais qui partagent un même vécu de souffrances et éprouvent des émotions semblables à l’égard de celui-ci. Par le partage et l’écoute de l’autre, ces personnes développent des relations entre elles qui sont mises à profit dans une démarche de mieux-être. L’entraide se vit même à l’extérieur de la ressource, dans la vie sociale et personnelle des gens. Elle aide à guérir ses propres blessures et, en parallèle, celles des autres.

Dans les groupes d’entraide, les personnes utilisent leurs forces pour s’appuyer mutuellement, pour briser leur isolement et pour favoriser un changement social. Elles sont ainsi dans l’action et retrouvent un but ultime à leur quotidien, un espace dans la société.

Les bénéfices de l’entraide par les pairs ont été maintes fois démontrés, tant dans le domaine de la santé mentale que dans d’autres secteurs.

Revendications

Nos revendications et nos actions sont imprégnées de l’expérience de la communauté que nous desservons.

  1. La prévention
    • Que le gouvernement développe une offre de service qui permet de travailler en amont des problèmes de santé mentale.
    • Que cette offre soit développée en tenant compte du processus d’appropriation du pouvoir.
  2. La démystification des problèmes de santé mentale tant dans le contexte social que biomédical.
    • Démystifier les problèmes de santé mentale en abordant l’ensemble des causes qui peuvent l’influencer; départager les problèmes physiques et les problèmes sociaux des problèmes de santé mentale.
  3. La médicalisation des problèmes sociaux
    • Que soit distingué auprès de la société ce qui relève des problèmes de santé mentale, les problèmes sociaux ainsi que les problèmes de santé physique vécus par les personnes.
    • Que l’accueil dans les services soit réorganisé en tenant compte, dans l’intervention, de ces trois dimensions.
  4. Offrir des traitements alternatifs
    • Que le gouvernement fasse la promotion de l’ensemble des ressources et services alternatifs au Québec.
    • Que le gouvernement assume les coûts reliés à ces services au même titre que les services psychiatriques et le traitement pharmacologique.
  5. Avoir recours à l’expertise des personnes qui vivent ou qui ont vécu des problèmes de santé mentale dans l’élaboration des services.
    • Que le ministère de la Santé et des Services sociaux finance les Rencontres régionales comme prévu dans le Plan d’action 2015-2020.
    • Que l’expertise des personnes soit reconnue et rémunérée.
    • S’assurer d’avoir des ressources dans le milieu qui soutiennent les personnes dans leur représentation.
  6. La sectorisation
    • Que le gouvernement veille à ce que la loi sur les services de santé et les services sociaux soit respectée.
    • Que les brochures et dépliants qui informent les citoyenEs sur leur droit contiennent cet article de loi.

Impliquez-vous!